• Natacha de Santignac

Clin d'œil à Londres

Mis à jour : mai 1

À London, allons donc ! L’ange de Piccadilly prend son pique-nique à Dehli. Délits, dénis, Denis, Dennis Severs. Ici Londres, Jack London et son Sea-Wolf. London calling, éviter le clash. Velvet Underground, velours du sous-terrain ou de la Royal Opera House que l’on tâte, à tâtons, avant de se rendre à la Tate en double decker rouge. Tiens, je vois rouge : boîtes aux lettres, cabines téléphoniques, uniformes. Puis, je me mets doucement au vert de Green Park et de ses deck chairs gonflées par le vent. Survoler la Tamise, sans oublier ma mise sur le Cutty Sark de Graine de sorcière. Monter les tours sans que ma tête ne roule de la Tour de Londres au passage des zèbres ou des rennes, reines, rain ! Oh, et puis je m’en fiche, j’ai mon fish and chips enveloppé dans son papier de nouvelles ! Mais alors, si chips c’est « frites », c’est quoi French fries ?


My eyes in London, Royaume-Uni.

81 vues

© 2020 par Alexandre Bocquillon. Créé avec Wix.com 

  • Blanc LinkedIn Icône
  • Facebook Clean