top of page
  • Photo du rédacteurNatacha de Santignac

L’importance d’être Constance

Dernière mise à jour : 9 juil. 2023


Le 9 mai à 14 h 30 au Grain de Sel à Bex, l’association Pro Senectute Vaud organise son « Rendez-vous culture » avec Lise Favre, autrice de « Constance, un itinéraire vers la liberté », ouvrage paru à l’automne 2022 aux éditions Cabédita.


Organisés en collaboration avec divers lieux culturels, les « Rendez-vous culture » de Pro Senectute Vaud ont vocation à valoriser le patrimoine culturel et artistique régional. Grâce à différentes activités facilitant l’accès à l’offre, permettant un partage d’expériences, mais aussi d’émotions, des liens sociaux de proximité se tissent. On a plaisir à se retrouver. On rompt l’isolement. Les accompagnants et les intervenants, bénévoles passionnés, discutent avec le public avant de prolonger les échanges autour d’une collation.


Stéphanie Allesina, animatrice régionale, est ravie d’accueillir Lise Favre. « Lise m’avait contactée pour s’investir dans l’association, et la présentation de son roman s’avère l’occasion parfaite. Au-delà de l’histoire de Constance, sa géographie fera écho aux spectateurs, et leur permettra d’évoquer de nombreux souvenirs. »


Naître à Bex, puis voir le monde

Que le prénom de l’héroïne ne vous induise guère en erreur. De constance, il ne sera pas question dans le journal de la jeune femme. Son éducation, ouverte pour la fin XIXe, lui a permis de voyager, de travailler, et de se confronter à d’autres cultures. Le livre brosse ainsi le portrait d’une Suissesse éprise de liberté, consciente de ses privilèges et de son pouvoir. Lise Favre s’est inspirée de la figure de Suzanne Curchod (1737-1794), née à Crassier (VD) pour construire son personnage. Épouse au parcours singulier du grand banquier suisse Jacques Necker, futur ministre des Finances de Louis XVI. L’autrice précise : « son père était aussi pasteur, et elle avait bénéficié d’une éducation attentive et libérale auprès de lui ». La tradition familiale s’est poursuivie, la célèbre Germaine de Staël, sa propre fille, reçut également un enseignement en avance sur son temps. Elle tint un salon à Coppet (VD), et nombre de savants, de philosophes ou d’écrivains du siècle des Lumières s’y rendirent.


L’attractivité de la langue de Molière

Constance travaille en Russie, en tant que gouvernante pour une famille aristocratique, cent ans après la naissance de Suzanne Curchod. Sur place, elle est confrontée à l’émergence des idées socialistes et au premier conflit mondial. Là encore, Lise Favre s’appuie sur des sources historiques, notamment le livre « Mademoiselle » de Anne-Sibylle de Weck Roduit. Dans cet ouvrage, l’historienne retrace la vie de Suissesses parties en Russie à la suite de Frédéric-César de La Harpe, pédagogue vaudois, précepteur des petits-enfants de Catherine II, dont le futur Alexandre Ier. En effet, les Helvètes avaient la réputation d’être plus sages que les habitantes de l’hexagone, et parlaient le français, la langue de la noblesse et du monde de l’époque.


Les péripéties de Constance la conduiront également à Paris ou à Leysin. À leur lecture, vous revisiterez vos terrains de jeux chablaisiens, et croiserez quelques figures locales connues, mais vous serez surtout entraînés dans un récit offrant un regard féminin, intime et dense sur le début du XXe siècle. Lise Favre, passionnée de son héroïne, se réjouit du moment d’échange proposé par Pro Senectute Vaud, et se fera un plaisir de vous dédicacer votre exemplaire de « Constance, un itinéraire vers la liberté ».






47 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page