• Natacha de Santignac

Entrepreneur ou entremetteur?

Fondateur du Happy City Lab, Dan Acher, né en Thaïlande, mais genevois de cœur, se dit avant tout entrepreneur. Dynamique, entrant dans la catégorie des "boîtes à idées sur pattes", faux extraverti mué en personnage public, Dan vous transportera dans le monde des nouveaux entremetteurs : ceux qui tissent, mélangent, et créent des univers où tout devient possible.

Être né quelque part

La confrontation à d'autres cultures, d'autres modes de pensées, d'autres rapports entre les êtres humains, que Dan a expérimentée lors de ses nombreux voyages, notamment en Nouvelle-Zélande, où il a étudié, l'a amené à se poser les questions suivantes : "Que signifie être Genevois aujourd'hui? Comment vit-on ensemble, et non l'un à côté de l'autre, dans cette ville multiculturelle? Quels sont les rites qui caractérisent notre société?"

Afin de pouvoir y répondre, Dan, bien dans sa tête à quarante-cinq ans, s'est connecté aux chocs, aux étonnements, aux éblouissements des rencontres au bout du monde, et a finalement élaboré sa propre définition : "Un vrai Genevois est multiculturel, et aime sa ville. Peu importe qu'il soit né ici, ou pas". Et pour faire aimer la vie en ville, Dan a plus d'un tour dans sa besace. D'abord parce qu'il adore Genève et sa myriade de facettes, mais également, parce qu'il s'occupe de l'animer, en organisant chaque année plus de vingt-cinq projets de "mise en vie" de la ville* et de partage entre ses habitants. Pour n'en citer que quelque uns, car ils foisonnent : CinéTransat, les pianos dans les rues, les boîtes d'échanges entre voisins, le projet "Digital neuron" présenté au Centre médical Universitaire CMU5-6, l'installation de "L'Escale" au bord du lac pendant l'été 2016, etc. Certains reviennent annuellement, rythmant ainsi nos vies.

Leçons de piano d'un troisième type

L'objectif de Dan : créer la ville dans laquelle il aime vivre. Il qualifie lui-même cet objectif de "purement égoïste", mais aussitôt se reprend : "Tout ce que je vis de beau, d'intense, j'ai immédiatement envie de le partager, de l'offrir, ce qui passe nécessairement par le lien, les rencontres". "Les spectateurs de CinéTransat s'installent sur la pelouse et discutent avec les uns avec les autres. On pique-nique avant les projections, les enfants jouent sans se connaître, on chante durant le karaoké, on se rencontre puis, pendant les films : on rit ou on est ému aux larmes ensemble". Les yeux de Dan brillent, et me voici gagnée par son enthousiasme communicatif, ses paroles évoquent Cinema Paradiso de Guiseppe Tornare. Autre projet : Les boîtes d'échange** entre voisins, qui ont suscité l'engouement. Le principe est simple : une boîte est postée dans une rue, des habitants y déposent des objets, des livres, et d'autres les récoltent. Si l'une d'elles manque à l'appel, pour cause de maintenance, Dan est contacté de suite : "Mais où donc est ma boîte?", les habitants les ont adoptées, ils les alimentent, les organisent. Des résidents d'autres quartiers en réclament. C'est formidable.

En écoutant Dan, l'entremetteur, je me rends compte à quel point tout peut être prétexte au dialogue, à l'échange et à la découverte. Par exemple : "L'installation de pianos dans les rues*** attire les musiciens, mais aussi ceux qui aiment écouter ou danser. Quelques personnes s'arrêtent puis rapidement, une petite foule partage un moment des notes offertes". Luke Jerram est à l'origine de cette idée qu'il a lancée à Bristol en Grande-Bretagne, et qui s'est ensuite exportée dans de nombreuses villes autour du globe. Le témoignage d'une spectatrice confirme la portée de l'événement, de même que son impact en création de lien social : "Un homme a joué pendant quatre heures sans partitions, avec le sourire et une joie communicative qui exprimait un plaisir de partage immense. C'était incroyable ! Une jeune femme de Barcelone, un Chilien, une Colombienne, deux jeunes Suisses allemands, et quelques Genevois. Egalement de passage de jeunes collégiens, deux touristes japonais et des Siciliens. Des personnes d'âges différents, de nationalités différentes et ne se connaissant guère, chantant à tue-tête, dansant. Cela a été un moment exceptionnel, magique, une parenthèse suspendue à la Fellini".

En ces temps troublés, où les nouvelles du monde nous accablent, Dan trouve réconfort dans cette citation de Dominique Ziegler : "Au point de vue purement intellectuel, ce n'est pas facile d'être optimiste. Mais il y a le besoin d'être optimiste". Croire en la vie, c'est croire en nos similitudes, mais aussi en notre altérité, car la recherche du bonheur demeure commune à tous les êtres peuplant la Terre. Grâce au Happy City Lab, découvrez une Genève plus ludique, éloignée des clichés, sans oublier les Genevois qui la façonnent jour après jour dans la diversité et la créativité. Mais par dessus tout : découvrez-vous !

*Ville s'entend : Ville de Genève et autres communes du canton, mais le projet dépasse largement ce périmètre.

** 200 boîtes étaient réparties sur 23 communes en 2017.

*** 53 pianos, dont 1 mobile, ont été installés pendant 15 jours dans 18 communes du canton en juin 2017.


Article publié dans la magazine Activ'Mag de septembre 2017.




À l'endroit comme à l'envers, le rêve nous porte, Genève, Suisse.

© 2020 par Alexandre Bocquillon. Créé avec Wix.com 

  • Blanc LinkedIn Icône
  • Facebook Clean