top of page
  • Photo du rédacteurNatacha de Santignac

Une chambre d'hôtes au bord de l’eau

En 2014, à la suite de leur décision de changer de vie, Elisabeth Reppel et Philippe Cane ouvrent La Turquoise Égarée, une chambre d’hôtes de charme, à Bourdeau, au bord du lac du Bourget. Une belle histoire alliant esprit entrepreneurial, retour aux valeurs, volonté de s’inscrire dans la durabilité, et sens de l’accueil.

 

L’émotion se perçoit dans les voix d’Elisabeth et de Philippe lorsqu’ils évoquent leur parcours, et se remémorent les débuts de leur aventure. Quand ils se rencontrent, les deux protagonistes travaillent pour la même entreprise. Elisabeth dans ses bureaux à Paris s’occupe du marketing, et Philippe est commercial à Milan. Pour se rapprocher géographiquement, Elisabeth trouve un nouvel emploi à Lausanne ce qui permet à Philippe de jongler entre les deux villes, mais aussi Chambéry, lieu de son enfance, car ses parents deviennent âgés, et ont besoin de sa présence. Rapidement, la graine « pourquoi ne pas créer notre structure ? » est plantée et commence à germer.

 

Quels éléments prendre en compte ?

Avant de se lancer, les réflexions fusent. Elisabeth et Philippe expliquent qu’ils se sont rendus au Salon de franchisés, mais « avec une franchise, tout est déjà bouclé. La marge de manœuvre reste faible, tant au niveau du design, que de la communication ou des aménagements. Nous avons vite compris que ce n’était pas la bonne voie, car le montage du projet lui donnait aussi du piment ». Il a alors fallu identifier clairement les critères importants pour se lancer au bord du Léman. En effet, au départ, quitter la Suisse ne paraissait pas nécessaire. La qualité de vie, la proximité avec la nature, la montagne, les rencontres multiculturelles, les conditions de travail, tous ces éléments sont entrés dans la réflexion d’une part. L’attachement de Philippe à sa région d’origine et son désir d’y revenir, d’autre part, ont fait basculer l’équilibre vers le lac du Bourget. « Il y a dix ans, notre lac, turquoise égarée de Balzac, restait peu développé au niveau touristique. Nous avons étudié son potentiel, et il s’est avéré important. Entre-temps, notre envie s’était tournée vers la reprise ou la construction d’un écolodge. Le bassin d’Annecy étant saturé et les investissements en station peu cohérents avec notre vision de la durabilité, nous installer aux environs d’Aix-les-Bains, ville classée parmi les meilleures à vivre de France faisait sens », raconte Philippe.


Une barque avec une rame au fond du lac qu'on voit depuis la rive.
Barque coulée, lac d'Annecy. Natacha de Santignac

Une longue recherche

Pendant deux ans, Elisabeth et Philippe arpentent les bords du lac du Bourget et ses alentours pour débusquer le lieu où réaliser leurs rêves, en vain. Pourtant, ils étaient motivés et avaient bien ficelé leur projet : business plan, étude de marché, liste des prestations, label tourisme durable. « Nous avons visité un terrain sur les hauteurs, mais les éléments n’ont pas convergé. Les voisins voyaient d’un mauvais œil la venue d’un écolodge, le maire ne nous a pas soutenus. Finalement, nous avons renoncé », explique Elisabeth. L’option « lopin de terre » ne semblant pas possible, les deux entrepreneurs commencent à regarder pour une habitation existante. Une rénovation en mode écologique, main dans la main avec un architecte de Chambéry spécialisé, paraît possible. La lassitude s’est malgré tout emparée de Philippe, et lorsqu’Elisabeth lui propose une énième visite, il lui annonce : « Je n’en peux plus. Vas-y sans moi ». Elle insiste. La maison, construite dans les années 50, doit sûrement être modernisée. Cependant, elle possède des atouts : nichée à quelques dizaines de mètres en surplomb du lac, avec une petite plage privée, à laquelle on accède en descendant la falaise dans la forêt, son cadre est idéal pour un séjour calme et ressourçant. « Nous sommes arrivés, le propriétaire nous a ouvert. Depuis la porte, nos yeux ont plongé dans le lac. Nous n’avons vu que lui, notre souffle a été coupé. Nous étions au bord de l’eau », se souvient encore Elisabeth.


Vue du lac du Bourget avec le Revard en arrière plan
Le lac du Bourget depuis la terrasse de La Turquoise Égarée. Natacha de Santignac

Orientation durable de la rénovation à l’exploitation

L’habitation est entièrement rénovée avec le souci de l’environnement en ligne de mire : panneaux solaires en circuit externe, mais aussi interne pour le spa et le chauffage, isolation en liège, pierre naturelle de Bourgogne, artisans locaux, etc. Son impact a été réduit au maximum. Idem pour le jardin. Le paysagiste vit dans la région, et travaille avec une approche durable. Lors de l’emménagement de la famille, une fille est née dans l’intervalle, c’est le camping : pas de cuisine, pas de garde-corps, un lavabo de fortune, mais des sourires jusqu’aux oreilles ! Une première chambre est ouverte. « Nous voulions prendre le temps de bien nous installer. C’était un nouveau métier pour tous les deux. Nous avons délibérément choisi de ne pas nous inscrire sur les plateformes de réservation, mais collaborons avec les offices du tourisme. Nous avons été très surpris de constater que nous développions une clientèle d’habitués. Ils aiment la région, notre philosophie, notre jacuzzi et notre maison ! », précise Elisabeth. Le petit-déjeuner reflète la volonté de respecter l’environnement. Des produits locaux (charcuterie, fromages, café bio torréfié à Aix-les-Bains), tous goûtés et approuvés ou faits maison (confitures, yaourts, crêpes). « Nous avons établi des relations de confiance avec nos prestataires. Nous attachons beaucoup d’importance à les connaître, à tisser des liens », insiste Philippe.

 

Équilibrer la vie

Même si le couple accueille les visiteurs dans un espace indépendant, ils habitent au-dessus de leur lieu de travail, et la frontière vie privée — vie professionnelle fluctue. Alors, pour couper, une seule solution : partir. « Quand nous restons à la maison, si les chambres sont vides, notre Turquoise nous accapare ! Parfois, nous fermons en pleine saison, et les clients sont surpris, mais si nous voulons souffler et profiter de nos filles pendant leurs vacances, nous n’avons pas le choix ». Elisabeth et Philippe se passionnent pour leur travail. Ils sont des hôtes souriants et disponibles. Ils répondent aux questions ou conseillent des activités avec plaisir. Ils discutent volontiers, et certains de leurs fidèles aiment à raconter leurs nouvelles tout autant que d’écouter celles du couple. « C’est un temps d’échange précieux que nous prenons ».


Une poignée de coquillage sur un deck au bord du lac du Bourget
Coquillages du lac du Bourget. Natacha de Santignac

Pendant sa première décennie de vie, la chambre d’hôtes La Turquoise Égarée a conquis le cœur de visiteurs venus des quatre coins du globe. Sa vue grandiose sur le lac du Bourget depuis sa terrasse donnant des ailes, ou de son spa intimiste constitue une clef de son succès. Cependant, le décor sobre et reposant de ses chambres, son petit-déjeuner généreux, son cadre unique au bord de l’eau, sans oublier l’attention d’Elisabeth et de Philippe, contribuent aussi à sa renommée. Si vous êtes de passage à Aix-les-Bains, prenez la tangente, vous ne regretterez pas le détour !

 

 

 

 

 

 

75 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page